Polaroid Festival 2018

Accueil > > DOC# > > Page 2


polas#doc vous convie au Polaroid Festival éd. 2018,
à Paris les 29, 30 juin & 1er juillet


ESPACE BEAUREPAIRE,
28 rue Beaurepaire, Paris 10.
(M° République ou Jacques Bonsergent)
espacebeaurepaire.com

VERNISSAGE  : Vendredi 29 juin à partir de 19h30.


edition 2018 – « l’Amour »

Cette nouvelle édition qui aura lieu à l’Espace Beaurepaire, sera sous le signe de l’Amour. Les Polaroids Lovers vous invite à découvrir des expositions, de participer à des ateliers, des animations, des projections et de vivre de beaux moments plein de surprises !
« Le Polaroid Festival est un festival sur la photographie instantanée, c’est la célébration de ces appareils qui figent le temps et nous révèlent sur papier des petits morceaux du monde qui nous entoure. Le Polaroid Festival a pour vocation de faire découvrir ou re-découvrir cet art singulier, en témoignant de la diversité de techniques et de styles que peut représenter l’Art Polaroid. Organisée par un groupe de photographes passionnés, la programmation du festival s’articule autour d’expositions, d’ateliers, d’animations et de rencontres pendant toute la durée du festival. »
Clément Grosjean

Voici par ordre alphabétique, la liste des exposants du Polaroid Festival 2018 :

Eric Auv / Patrick Barthet / Audrey Borgel / Fabrizio Deidda / Paolo Della Ciana /
Raul Diaz / Marion Dubier-Clark / Emmanuel Francoise / Paul Stewart Gallery /
Manon Giacone & Julie Laporte / Paul Giambarba / Bertrand de Gouttes /
Clément Grosjean / Alan Marcheselli / Herr Merzi / Claudia Milena /
Luc Masson Todeschini / Sven Van Driessche / Thomas Zamolo / Katherine Zymla.

toutes les infos sur le Polaroid Festival :  polaroidfestival.com



Marion Dubier-Clark, Marraine du Polaroid Festival

L’artiste accrochera un série de polaroids pour cette édition 2018.
Sa photographie est un état d’esprit :
rester accessible, être positive et profiter de la vie.
Vivre c’est déjà être heureux !
Bonheur, Morale & Liberté, sont ses maîtres mots !
En totale harmonie avec un Festival placé sous le thème de l’Amour !

mariondubierclark.com


Et polas#doc est dans la place !



Patrick Barthet exposera sa série de 21 photos instantanées Circadia :

Série extraite de son Carnet d’écrits fragmentés illustrés Et in Circadia Ego
qui sort fin juin et qui sera disponible pendant le Festival.
Ce carnet s’est construit au travers de cycles d’écriture libre et de créations visuelles, notamment par la série présentée, dans un dialogue parfois échevelé, autour de lieux, de leurs traces, des sentiments qui les traversent et qui marquent l’existence. L’amour se présente alors en retrait, en réserve, en manque. Et le dialogue qui est né, s’est imposé, dans une évidente fluidité. Mots et images s’exhibent en écho, les uns comme prolongements des autres, de surenchère en alternance, entre aléas créatifs et vécus intimistes …
 

10 Partages

l’intégrale* – Toulouse 2018

Accueil > > DOC# > > Page 2


EXPOLAROID Toulouse 2018

Karine Marco & Patrick Barthet

 


* ou presque : les autres séries originales feront l’objet d’articles serial#polas ultérieurs.

 

« Double expo »

Double Expo, car cette année c’est un duo de polaroïnomanes, qui exposent leurs photos instantanées, simultanément dans deux lieux qui souhaitent faire profiter de leurs murs à des créateurs, dans deux quartiers du Toulouse historique. Une proposition originale à découvrir en écho ou à redécouvrir en mode « dans le rétro ».
C’est aussi deux visions, deux sensibilités qui ont souhaité faire le jeu du double point de vue, sous forme de séries de photos instantanées, sur des sujets, des espaces proches, partagés (notamment le village Gruissan – Les Chalets).
Enfin, c’est un clin d’oeil à une pratique répandue, ludique, à l’oeuvre volontairement ou non, dans l’art, l’artisanat de la photo instantanée, polaroid ou autre.

 


Les 2 polaroïnomanes
& leurs créations

 


Karine Marco
dessinatrice, compose avec plusieurs media La Toute Petite Histoire de l’Humanité dont certaines série de polaroids font parties. / k.marco.free.fr

Séries exposées : Villégiature en 5 points de vue / Block / In ondée : crue / Le village des 100 pêcheurs / (Zone-C)*

 

 

« Villégiature en 5 points de vue »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 5 instantanés, Fuji Instax Wide, Gruissan-Les Chalets, 2017.
2017 novembre, avec mon fuji instax wide, la tramontane en guest, un week-end tout doux.

 

« Block »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 7 photos instantanées, Polaroid 600 Couleur, Capbreton, 2018.

 

« In ondée : crue »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 3 photos instantanées, Instax Wide, toulouse, 2016.

 

« Le village des 100 pêcheurs »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 8 photos instantanées, Polaroid 600 Couleur, Capbreton, 2013.

 

 


Patrick Barthet
polaroïnomane (toujours), créateur de luminaires d’ambiance (sur commande), auteur (apprenti et libre) et concepteur digital (avec parcimonie). / @patrickbarthet

Séries exposées : Gruissan – A la ligne / 7J. / Chemin faisant / (Circadia I & II)*

 

 

« Gruissan – A la ligne »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 4×4 photos instantanées, Instax Square Sq10, Gruissan-Les Chalets, 2017.
Cette série vient souligner, parmi l’ensemble, le titre de l’exposition, «Double expo» : c’est le jeu entre deux visions d’un même lieu, typique, de pêche et  villégiature : saisir chacun à sa façon, la beauté du lieu dans sa plus grande simplicité, dans sa nature.
Ligne de mire, de fond, de fuite / Du bleu, du blanc, du sel / Des mailles, de l’acier, de la rouille / Du bois, du sable, de nuit.

 

« Chemin faisant »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série de 5 photos instantanées, Instax Square Sq10, 2017.
Un simple filet de bave peut discrètement lier les espaces, hors du temps. Un simple regard peut tenter alors de lui rendre grâce.

 


In situ

 


Les Lieux & nos hôtes

 


N
ovostore, concept-store design,
25 rue Réclusane, Toulouse. / facebook

polas_d_oc_photo
La Tienda
, épicerie & gastronomie espagnole,
11 place du Salin, Toulouse. / facebook

 

   tienda_pascal_pola   tienda_fabien_pola   tienda_francois_pola

 


Merci à EXPOLAROID de fédérer les passionnés du polaroïd et du film instantané à travers le monde, de nous avoir aidé à organiser cet évènement à Toulouse et merci pour son soutien à la création collective.
Suivez EXPOLAROID sur facebook.
Né à Nantes en 2013, Expolaroid est devenu un événement national et international qui, chaque année en avril, se consacre à mettre à l’honneur la photographie instantanée et ses usages. EXPOLAROID VEUT DIFFUSER L’USAGE DU POLAROID ET DU FILM INSTANTANÉ. La photo instantanée, dans sa pratique et son usage, étant un objet accessible et populaire, Expolaroïd  invite tous les professionnels et amateurs de la photo à créer, sur le modèle
du « Do It Yourself », leur propre événement dans leur ville !

 

10 Partages

SERIAL#pola(S) / Patrick Barthet

 Accueil > > DOC# > > Page 2

 

 

 

7J

Série de 7 photos instantanées, Fuji Instax Square, 2017.
Au départ, un défi sur le Net. au final, du concret, une série mêlant symboles marquants et humour, sur mon quotidien. Entre routine et aléas, une semaine en 7 étapes ou le scénario d’une journée lambda.
Pampa / Réveil-matin / Point de vue / En route
La dèche / Douce détente / Youpi Hour.

Patrick Barthet

@patrickbarthet

 

1 Partages
polas_d_oc_photo

l’intégrale – Toulouse 2017

Accueil > > DOC# > > Page 2


Voici l’intégralité des instantanés d’EXPOLAROID Toulouse 2017 qui a eu lieu au mois d’avril à La Tienda, au Neska Polita et chez Guillaume Secheyron : (re)découvrez, en diaporama, les originaux des séries de polaroids de chaque artiste participant.

Parcourez également la collection complète de polas#doc sur le mur d’images Polas#gram

Les polaroïnomanes de l’année : Karine Marco / Minetto solo / Maritxu / Patrick Barthet.


« LES CHAUSSURES TOUJOURS SE MÊLENT DE MA VIE  »
Karine Marco

9 Instantanés Couleur , Fuji Instax Wide, 2017.
Extraits d’une série de 19 photos.
Saga à suivre, pas à pas, bien sûr, prochainement sur polas d’Oc !
Le sujet des chaussures s’est imposé comme une évidence car les chaussures au bout du corps nous transportent d’un bout à l’autre de la vie. Elles sont des reliques, des alliés précieux, des portraits. Cette série est finalement pour leur rendre hommage !

Karine Marco, dessinatrice, coordinatrice d’évènements culturels.

site : k.marco.free.fr

« SELPHIES DE VOYAGE »
Minetto Solo

série de 10 Instantanés Couleur, Fuji Instax 100, 2017.
Victime de la société de consommation, le tricycle rouge est laissé pour mort à la décharge. Il rassemble toute son énergie pour rechercher dans des sites improbables, à travers l’Occitanie une nouvelle famille, un nouveau départ.

Minetto Solo, photographe.

flicker : minetto solo

« UN VOYAGE EN UTOPIE »
Maritxu

série de 13 Instantanés Couleur, Fuji Instax Wide, 2016.
Eté 2016. Désert du Nevada. Burning Man.
Une expérience forte où le temps et l’espace n’ont plus de limites.
La créativité non plus.
Et l’humain libéré de ses contraintes par ce lieu magique retrouve sa splendeur…

Maritxu, photographe.


« DES DALLES »
Patrick Barthet

série de 15 Polaroïds N&B, Polaroïd 600, Paris, 2017.
Texte : cf le diaporama.

Patrick Barthet, plasticien, créateur de luminaires et graphiste-webdesigner.


Tous ses univers à découvrir sur @patrickbarthet – contact : pb.polasdoc@free.fr

 

1 Partages

SERIAL#pola(S) / Patrick Barthet

Accueil > > DOC# > > Page 2

 

En la sombra

 

En la sombra (I)


Fuji Instax Square SQ10
, Paris, 2017.
D’une lumière rousse qui jaillit, évanescent spectre qui défie les ténèbres, des douleurs qui s’évanouissent, irradiées, voile aérien qui s’infuse dans l’indicible, le souffre se dissout, anse du soul qui déverse sa douce liqueur dans l’antre du condamné. Entrailles mon cher.

Patrick Barthet

@patrickbarthet

 

0 Partages
polas_d_oc_photo

expo K. Marco – éd. 2017 – Toulouse

Accueil > > DOC# > > Page 2


Karine Marco

« LES CHAUSSURES TOUJOURS SE MÊLENT DE MA VIE. » – 2017.

chez Guillaume Secheyron, kiné,
18 place Laganne, Toulouse.

 

 

 

 


4 questions à Karine Marco

Questions à Karine, pour ce choix si surprenant d’espace d’exposition et en savoir plus sur ses créations exposées, dans le cadre d’Expolaroid 2017.

– Karine, dis-moi pourquoi avoir choisi  la salle d’attente d’un kiné pour exposer tes polaroids ?

Attendre, son tour, attendre d’être soulagé d’un poids, celui du corps et ses douleurs, attendre nous appartient tout entier. Ce temps là est l’occasion de plonger dans ses pensées ou celles de quelqu’un d’autre. J’ai choisi d’installer mes photos dans une salle d’attente. Des images qui parlent de mes cheminements mais aussi de tous les cheminements.

– Et comment s’est  imposé le choix de la chaussure comme sujet de la série ?
( entre nous, tu aurais pu exposer chez un podologue non ?… )

Oui … ! (sourire). Mais avant tout, le sujet des chaussures s’est imposé comme une évidence. Car les chaussures au bout du corps nous transportent d’un bout à l’autre de la vie. Elles sont des reliques, des alliés précieux, des portraits. Cette série est finalement pour leur rendre hommage !

– Mais au départ, comment t’est venue cette pratique du polaroid, en plus de toutes productions artistiques ? ( ndrl : graphisme, peinture, gravure, édition … )

En 2006  je retrouve un appareil polaroid au fond d’un carton et un forum sur internet « polaroid passion ». J’achète des films et m’amuse de faire des images. Puis c’est la fin des films polaroids ! Sur le forum ça spécule sur le projet IMPOSSIBLE qui souhaite prendre le relais. Puis les films sortent, aléatoires un peu chers, mais très stimulants ! Je continue donc de m’amuser à imaginer des séries photo en polaroid.

– Ta participation à Expolaroid vient donc de ton envie de t’impliquer plus pour faire découvrir le polaroid, c’est cela ?

Oui tout à fait ! Et via ce forum (polaroid passion) j’ai pu participer au premier Expolaroid à Revel, organisé par Mon Œil. Minetto Solo y était déjà aussi ! L’idée venant d’un Nantais de faire du mois d’avril le mois du polaroid et du film instantané. Depuis, chaque année, je remets ça, parce que j’aime l’idée que le film instantané soit encore vivant et adopté par toute sorte de passionnés.
Avec Patrick en 2016, nous avons créé ce blog pour partager cette aventure au-delà du mois d’Avril et diffuser des regards singuliers. Je pense déjà aux futures aventures et j’ai déjà quelques pistes pour l’année prochaine.

Bon Expolaroid  à tous !


 

 

 

« LES CHAUSSURES TOUJOURS SE MÊLENT DE MA VIE. »

série de 19 polaroids couleur, Fuji Instax Wide, 2017.
« J’ai marché.
Marché.
De long en large.
De larges traversées.
Mousses intarissables.
Traîtres petits cailloux.
Asphalte des cités.
De sites en forêts.
J’ai marché.
Marché.
Dans les sables de mon enfance.
Et ceux de mes vacances.
J’ai marché.
Marché.
Usé des semelles.
Jointures de mes os.
Attention la colonne.
Aux défilés du monde.
J’ai couru aussi.
Par nécessité.
Rattrapé un retard.
Saisi un marchepied.
La plante sûre.
M’a pas mal promenée.
Des ampoules parfois.
Sur les sentiers obscurs.
De la joie plus souvent.
De me tenir debout. »

 

Karine Marco, dessinatrice, coordinatrice d’évènements culturels et rédactrice en chef de la revue HUIT.


Ses Créations : k.marco.free.fr – Contact : k.marco@orange.fr / fb : astronef palace

 

9 Partages
polas_d_oc_photo

édition 2017 – La Tienda – Toulouse

Accueil > > DOC# > > Page 2

 

latienda_lieu_pola_nb
EXPOLAROID à La Tienda,
23 place du Salin.
les polaroïnomanes :
Zia & Patrick Barthet.


« COLORIAGES SUR POLAROID » & « BALADE D’UN RADICCHIO » – Zia

séries de 8 et 4 Polaroids Couleur.

ZIA expérimente la photo à travers son polaroïd, elle s’amuse à faire de drôles de clichés et à penser qu’après cet instant, seule la photo restera.

 


« DES DALLES » – Patrick Barthet

série de 15 Polaroïds N&B, Polaroïd 600, Paris, 2017.

La routine finit toujours par nous faire oublier l’environnement qui nous entoure, les endroits de notre quotidien qu’ils soient passagers ou ancrés dans notre vie. Alors qu’ils ont leur beauté propre, leur sens propre, leur propre vie, intimité et utilité. Ce qui a surpris un jour, plu, ébloui, interrogé, devient des plus transparents ou seulement des surfaces acquises à nos automatismes et servitudes.

Redécouvrir un lieu, voilà le moindre des hommages à lui rendre. Car du détail à son ensemble, se trament les traces de notre passage, de notre regard, de nos sentiments. Chaque fragment, chaque instantané, dans leur banalité apparente, sont autant de mots qu’il nous susurre et qu’il faut savoir entendre ou réécouter. Son langage savamment secret et subtil, qui, dans sa complexité, sa profondeur, s’enrichit de nous, nous devons si possible, tenter de le traduire sans le trahir, de le révéler dans le partage, le célébrer humblement contre l’indifférence, le mépris et l’oubli. Le protéger pour ne pas se perdre.

Patrick Barthet, plasticien, créateur de luminaires et graphiste-webdesigner.

Tous ses univers à découvrir sur @patrickbarthet – contact : pb.polasdoc@free.fr

 

« WESH VITRINE » – Patrick Barthet

série de 6 Polaroïds Couleur, Polaroïd 600AF, Paris, mars 2016.


Poésie de la désuétude : sous le vernis de l’anecdote, se révèle en grattant un peu, une mémoire commune, touchante et fragile. Pépites visuelles surprenantes voire inquiétantes : instantanés témoignages d’échoppes d’un autre temps, d’un autre monde, celui défiant les lois de l’apparence et du bon goût.
Entre Belleville et Marais, balade dans un Paris qui subsiste, résiste à l’invasion, à la normalisation marchande, des vitrines bien léchées.
P.B.

 

 


 

7 Partages